Register

Recherche

Carte des activités

Agenda des activités La liste des activités de la province, par commune...
La liste des activités de la province, par commune...

Calendrier des activités

Decembre 2018
Add event Proposer
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
  • Vue annuelle
  • Vue mensuelle
  • Vue quotidienne
  • Vue quotidienne
BASTOGNE : L'Argot - Conférence
Bastogne
Début : Mercredi 9 Octobre 2013, 20:00
Fin : Mercredi 9 Octobre 2013, 20:00
Cliquer pour agrandir
le 9 octobre à 20h00
à l'espace 23, rue Gustave Delperdange
Le français est une patrie sans frontières. L’argot aussi.
"IL SAIT TOUT, IL ENTEND L’ARGOT."
Expression figurée ; se dit d’un homme intelligent mais quelque peu fripon.
- Et que trouve-t-on dans le Dictionnaire wallon-français de Laurent Remacle (1839) ?
« ARGOTÉ, s. Malin, fin, délié, adroit, roué ; – dégourdi. »
Et dans le Dictionnaire wallon-français de Joseph Hubert (1857)…
« ARGOTÉ, s. et adj. Fin, rusé, matois ; – difficile à tromper. »

Cliquer pour agrandir


Cliquer pour agrandir
CONFÉRENCE SUR L’ARGOT
avec les professeurs
Denis Delaplace et Michel Francard

Le 09/10 2013 à l’Espace 23

On aime ceux qui parlent l’argot, ceux qui l’écrivent. On aime les citer, les imiter. Mais l’argot, c’est quoi, au juste ?
Anciennement, on disait le jargon.
On l’appelait aussi – on l’appelle toujours ! – l’argomuche, ou le largonji, ou le jars, ou le bigorne. Ou la langue verte, ou le langage poissard, ou le parler canaille…
Et ce n’est pas tout : il y en a plusieurs, d’argots !… Il y a l’argot de papa, celui des Tontons flingueurs, et l’argot des cités ou des rappeurs… Et il y a l’argot de Renaud, de San-Antonio, de Céline, et celui d’Aristide Bruant, de François Villon…
Alors qu’est-ce que c’est donc que cette langue-là ?
Et d’abord est-ce bien une langue ?


« Tout le monde, chaque individu, a en soi une envie, un besoin d’argot. Qu’il ne réalise pas forcément, mais qui peut exploser à tout moment. »
Jean-Paul Colin, professeur de linguistique, lors de l’émission Tire ta langue, sur France Culture, le 8 janvier 1997

« Non mais t’as déjà vu ça ?... En pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif !... Mais il est complètement fou, ce mec !... Mais moi, les dingues, j’ les soigne ! J’ m’en vais lui faire une ordonnance, et une sévère ! J’ vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’ Paris, qu’on va l’ retrouver… éparpillé par petits bouts, façon puzzle… Moi, quand on m’en fait trop, j’ correctionne plus, j’ dynamite… J’ disperse… J’ ventile ! »
Les Tontons flingueurs, Raoul Volfoni à son frère Paul

« Où est l’argot, aujourd’hui ? Où n’est-il plus ? Et qu’est-ce qu’il est ?... Peut-on même parler d’argot pour la langue décorsetée qui est celle de notre époque ? Existe-t-il encore une zone langagière frauduleuse à mettre à l’index des discours et des publications ? C’est douteux. Ou alors il faut croire que la notion d’argot s’est tellement étendue en ce XXIe siècle qu’elle s’est vidée de son sens véritable. »
Claude Duneton

« Ça tourne et ça vire, tourne encore, valse, chavire et jargonne… Dans le désordre, au p’tit bonheur, avec un goût délicieux, rare, précieux, fragile, subtil de vin nouveau. Celui qui fait si bien perdre la tête…
Alors autre temps, autres mœurs, autre argot ? Oui… Mais l’argot est et restera toujours libre, indomptable, changeant, imprévisible. C’est sa force. »
Pierre Merle







Argotisme ou belgicisme ?
Je lis ceci dans L’Avenir : « Les loyers des carrées flambent à Saint-Josse. » Et je suppose que tout le monde a compris cette phrase… Pas besoin de vous en dire plus, n’est-ce pas ? Pas besoin non plus de vous faire un dessin, d’illustrer cet article.
Cette seule phrase en dit assez pour vous situer le propos ; pour vous faire comprendre de quoi il s’agit. Et le mot le plus important, le mot qui en dit le plus long dans cette phrase, le mot substantiel, c’est le mot carrée.
En français de France, ce substantif féminin désigne la chambre en général et – cf. les deux dictionnaires de référence : le Petit Larousse et le Petit Robert – c’est un argotisme.
En français de Belgique, la carrée est toujours bien une chambre… mais c’est une chambre d’une espèce un peu particulière… Une chambre à l’usage un peu spécial. (Space en argot moderne.)
C’est le lieu de travail des prostituées ; lieu polyvalent puisqu’il permet, en raison de sa localisation, de son aménagement et de son équipement, à la fois le démarchage du client et… la prestation de services.
Le sens du mot, en Belgique, s’est donc restreint et précisé. Remotivé, pourrait-on dire en termes de linguistique.
Et comment alors, toujours linguistiquement, caractériser ce mot ? Quel statut lui donner ? C’est un argotisme devenu un belgicisme, mais est-ce toujours un argotisme ? En France, oui ! On le rencontre peu et, dans les gros dictionnaires, les auteurs qui l’illustrent sont tous des férus d’argot, et pas des perdreaux de l’année : Albert Simonin, Louis Forton (le créateur des Pieds nickelés), Raymond Queneau…
En Belgique, on le trouve dans le journal, donc dans la langue courante, dans un registre plus largement partagé.
Le voilà alors avec un double statut… Et voilà, en tout cas, une nouvelle preuve que l’argot n’est pas un phénomène langagier aussi franco-français qu’on le dit.
Cette fois, c’est le mot carrée qui a passé allègrement la frontière et qui mène une autre vie, une vie bien plus voyante côté belge. Mais, ces derniers mois, on a vu aussi revenir en force dans le français de Belgique, grâce au collectif de femmes en réaction contre le harcèlement en rue et le sexisme au quotidien, le mot pote au féminin. Quant au journal satirique liégeois, lui, il a fait son titre avec le mot poiscaille ; et il n’hésite pas à parler, dans ses colonnes, des clochards, des SDF en utilisant le mot trimard… Or ce sens-là de trimard, si vous voulez en retrouver des traces, des attestations, il faut aller relire les littérateurs d’il y a un siècle : Émile Zola, Jean Richepin, Marc Stéphane…
Terminons pour aujourd’hui par ces deux vers du poète Norge, qui a fait, lui, le chemin inverse ; né belge, il est devenu français. Et il a chanté l’argot, cette partie de la langue la plus vivace, la plus vivante appelée encore langue verte…
« Verte la mer et l’envie / Et verte, la langue en vie ! »




Invité de TV LUX : Denis Delaplace, Maître de conférences à l’Université de Reims, spécialiste de l’argot.:
http://www.tvlux.be/video/denis-delaplace-maitre-de-conferences-a-luniversite-de-reims-specialiste-de-largot-_14367.html
/Lucienne0210 - clic sur images
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation